À bas le vélo boulevard!

Tout est croche dans le vélo boulevard. Le tracé, la signalisation, la longueur, la réglementation. Quel échec monumental. Échec des cyclistes, qui n’ont pas su imposer leur tracé. Échec de la ville, tentant de faire croire qu’elle n’est pas tout à fait à genoux devant le lobby automobile. Échec de l’OQLF, qui a fait adopter un nom trompeur à cette chose.

« Ce n’est pas un vélo boulevard, c’est un corridor cyclable! » nous dit l’OQLF.

Pourtant, un corridor c’est supposé être droit. Jugez-en par vous-même:

velosentier2

Le vélo sentier

Le terme le plus propice pour ce parcours accidenté, c’est un sentier.

« Chemin étroit aménagé en fonction d’activités de plein air. » – Le Grand Dictionnaire

Voila le nom qu’il nous faut! Ce n’est pas un corridor, c’est un sentier. Un sentier est habituellement un parcours accidenté pour les adeptes de loisirs champêtres. Pour celui qui déambule, hagard, se laissant distraire par le doux chant des moineaux.

Pas pour les travailleurs et travailleuses, précipités par l’heure du souper, pressés de fuir leur esclavage salarial entre deux insultes d’automobilistes haineux.

La Ville contredit même sa propre définition disponible sur son site web

« Qu’est-ce qu’un corridor cyclable? […] Le trajet doit être le plus direct possible » – Ville de Québec

HA-HA-HA.

Le vélo sentier, tel que proposé par la ville, est de 6,9 kilomètres. Le chemin direct, le parcours tel qu’il aurait dû être, est de 5,8 km. 1,1 kilomètre perdu en virages inutiles!

Laissez-moi vous suggérer une alternative. Ça va vous permettre de sauver 700 mètres.

alternative2

Trajet alternatif

C’est un genre de compromis entre le dangereux boulevard René-Lévesque et le sentier champêtre de la Ville. Commençant par Sainte-Foy, il s’agit de prendre René-Lévesque mais seulement au début, jusqu’à la rue Eymard, et ensuite vous empruntez le sentier.

Mais pour sortir de l’action purement individuelle, il faut que les cyclistes prennent plus de place dans l’espace public. Toute action utile pour remettre en question le fétichisme de l’auto, dans les consultations publiques, les Conseils de quartiers ou les groupes populaires, sont les bienvenues, et surtout la campagne RTCGratuit, est une excellentes idée.

Chemin direct

Par René-Lévesque tout le long
19 min
5,8 km

Le Vélo sentier

Le sentier proposé par la Ville
23 min
6,9 km

L’alternative

René-Lévesque au début puis le vélo sentier après la rue Eymard
22 min
6,2 km

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.