Conférence anti-féministe: l’extrême-droite mise en échec

Manif féministe

La conférence antiféministe d’un groupe d’intégristes catholiques a été forcée de déménager. L’événement devant avoir lieu aujourd’hui à 19h30 avait pour objet les « erreurs du féminisme et la place dans la société de la femme canadienne ». Une soixantaine de féministes et leurs allié-e-s se sont rassemblés au lieu de rendez-vous, dont la fanfare Tint(a)nar.

L’événement avait lieu aux Éditions du grand midi, une boutique dont la vitrine est ornée d’exemplaires de la bible, sur le boulevard Langelier. Son codirecteur est Gilbert Boss, professeur de philosophie à l’Université Laval d’origine Suisse.

La soirée était organisée par le Mouvement Tradition Québec, un groupe de réactionnaires religieux. Ses membres se disent des « soldats du Christ ».

Les féministes ont signalé leur refus des divisions archaïques des rôles selon le genre. Celle de la « femme génitrice à la maison et de l’homme pourvoyeur qui ramène le steak et qui paie la maison ».

Manif féministe

« On n’a pas besoin de cathos pour venir dire aux femmes quel est leur rôle et si leur lutte est valable ou non », ajoute l’une des organisatrices.

Voir un petit vidéo de l’action féministe Femmes Debout

Ce qui s’est passé

Sans doute alerté par l’appel de la manifestation, publié le matin même dans le journal, les intégristes ont changé de lieu à la dernière minute.

Quelques sympathisants d’extrême-droite se sont présentés devant les portes fermées de la boutique.

Aucun policier ne s’est présenté sur place. Un spectacle d’AC\DC avait lieu en soirée.

12 boneheads des Quebec Stompers, un groupe d’extrême-droite proche de Légitime Violence, sont venus fanfaronner. Plusieurs témoins ont aussi reconnu des membres de Table rase, le groupe d’extrême-droite présent dans l’armée dévoilé par la Presse. Mis à part quelques invectives, il n’y a pas eu d’accrochage.

Manif féministe

Qui est la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X?

L’annonce de la conférence a beaucoup circulé ces derniers jours. Son porte-parole, l’abbé Daniel Couture, a fait plusieurs entrevues dans les médias de la capitale. M. Couture met de l’avant une approche traditionnelle des genres, affirmant que la place des femmes est au foyer.

L’abbé Couture est membre de la la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX). Il s’agit d’une société de prêtres catholiques traditionalistes fondée en Suisse. Elle refuse l’ouverture manifestée par l’église catholique lors de Vatican II dans les années 60. Ainsi, la FSSPX continue les messes en latin et considère que les juifs sont responsables de la mort du Christ. Leur lien avec l’extrême droite est notoire en France et en Belgique.

Selon le site web de la FSSPX, le groupe possède une école et une résidence pour ainés à Lévis.

Il s’agit de la deuxième conférence du Mouvement Tradition Québec à cet endroit. Le 15 mai 2015, le fasciste Jean-Claude Dupuis y a fait un monologue de 3 heures sur la « Révolution tranquille et la destruction de la société canadienne-française ».

Manif féministe

affiche3

One Response to Conférence anti-féministe: l’extrême-droite mise en échec

  1. La violence est bien du côté du féminisme, c’est cela que vous tentez de prouver ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.