Décès de Jean-Paul L’Allier: ce qu’on ne vous dira pas sur ses grandes réalisations

allier

Le sort en aura décidé ainsi: la grande faucheuse emporte l’ex-maire Jean-Paul l’Allier. Alors que le cadavre est encore chaud et que la chorale des pleureuses se met au diapason pour chanter ses louanges, j’aimerais mettre certains bémols sur ce qu’on lui attribue comme étant ses principales réalisations, rappeler certains faits dont vous n’entendrez pas parler.

Aménagement urbain

J’entends dire que Jean-Paul L’Allier a eu un impact positif important sur l’aménagement urbain.

Le Rassemblement Populaire a mis dans son programme électoral de 1989 la fin des démolitions dans les quartiers centraux et l’humanisation de Saint-Roch par des logements et un parc.  Pourtant, c’est tout l’inverse qui se produit dans les mois suivant les élections.

Non seulement le RP poursuit-il les démolitions de ses prédécesseurs, mais il met de l’avant un nouveau projet de boulevard, parallèle au boulevard Charest, comme si Saint-Roch n’était déjà pas suffisamment maculé d’asphalte.

autreboul

Le boulevard imaginé est le parcours zébré. Source: Promoteurs et patrimoine urbain, Jean Cimon, 1991

Le boulevard parallèle à Charest, le « boulevard du RP », n’est qu’un autre coulis d’asphalte s’ajoutant à tous les autres. Il nécessite la démolition d’une gare d’autobus, du cinéma Odéon et de quelques autres bâtiments.

Le RP reculera devant la colère des citoyens et d’une partie de sa propre équipe lors d’une consultation publique de 4 jours.

La déception est si grande, face à un parti portant des valeurs progressistes, qu’elle contribuera à la création d’un comité de citoyens dans Saint-Roch et à l’initiative de l’Îlot Fleurie.

C’est la première trahison de L’Allier, dès novembre 1990, quelques mois après les élections. Ce ne devait pas être la dernière.

Le réaménagement de la rivière Saint-Charles

On attribue à L’Allier d’avoir enlevé les 4 kilomètres de béton enserrant les berges de la belle rivière Saint-Charles.

Pourtant, là encore, vous remarquerez le pattern « avance-trahison-recul ». Favorable au débétonnage de la Saint-Charles lors des élections, le RP, une fois élu, recule face aux coûts de l’opération. Quelques parcs sont ajoutés sans enlever la moindre parcelle de béton.

Ce sont des citoyennes et citoyens, à l’occasion d’une consultation pour une candidature olympique en 1995, qui réclameront le débétonnage complet.

Cette position prendra de l’ampleur au sein d’un groupe d’écologistes, Rivière Vivante.

Ses membres auront des débats houleux avec les fonctionnaires municipaux au sein d’une commission municipale.

En 1997, Rivière Vivante descend la Saint-Charles en canot, prouvant que le courant de la rivière est idéal pour des activités de plaisance.

Autre déconfiture, Jean-Paul L’allier est forcé de donner raison aux citoyens. Le béton commence a être retiré en 1998.

Les fusions

La plus grande victoire de Jean-Paul l’Allier c’est les fusions, vous chantent notables et éditorialistes. Avec ça, L’Allier promettait deux choses: une plus grande cohésion régionale et des économies de bouts de chandelles d’échelle.

Un rapport de 2014 conclut que c’est pouet pouet pour les économies et qu’au contraire la bureaucratie a explosé.

Pour la démocratie municipale, c’est aussi un gros zéro.

L’Allier affirmait qu’il n’y avait rien à faire avec les anciennes villes. On ne pouvait pas développer en rond. Because la mentalité de clocher des villes environnantes, chaque maire tirant la couverte de son bord.

On reconnait ici l’argument des agoraphobes: s’il y a chicane, c’est nécessairement mauvais.

Pourtant, la démocratie c’est exactement ça: débattre, parler longtemps, avancer des arguments, nuancer, faire des concessions.

Les fusions, c’est passer de 13 maires à 1 seul. Et la « démocratie municipale » (je pouffe) étant ce qu’elle est, nous aurons Régis Labeaume jusqu’à la fin des temps.

Comment peut-on parler de gain pour la démocratie après ça?

En fait, c’était l’objectif des fusions depuis le début. Sous les mêmes mots creux qu’utilisent les libéraux comme « efficience », on s’est en réalité attaqué à réduire la démocratie municipale.

Et les conseils de quartier? L’Allier se foutait complètement de ce qui s’y disait.

On pourrait poursuivre longtemps.

Mentionnons rapidement SOS Patro, encore le pattern « avance-trahison-recul », faisant qu’aujourd’hui, sans l’intervention de L’Allier, l’ancien bâtiment de la Société Saint-Vincent-de-Paul sur la Côte d’Abraham se dresserait fièrement plutôt que de n’avoir laissé qu’un terrain-vague-stationnement-illégal tel qu’il est aujourd’hui.

L’Ilot Berthelot, aujourd’hui 100% consacré au logement social, alors que L’Allier souhaitait y bâtir un hôtel. C’est malgré lui que le projet ne se fera pas.

Le Sommet des Amériques, pendant lequel L’Allier n’a jamais démontré d’empathie envers les protestataires lourdement gazés et battus.

La Place D’Youville, le joyeux parc-à-punks transformé en vulgaire comptoir à touristes.

Et ainsi de suite.

On peut saluer L’Allier qui, au final, aura été assez à l’écoute pour changer d’avis face à la grogne populaire.

Mais on ne peut pas lui attribuer tous les mérites, alors que son intention initiale était de démolir les idées qui ont porté le RP au pouvoir.

L’Allier a su s’adapter au contexte et reprendre les idées lancées par les autres. Il n’est pas le maitre artisan du réaménagement de Saint-Roch, il n’a fait qu’embarquer dans un train déjà bien affrété.

Le Parc Saint-Roch? L’Îlot Fleurie était déjà là. Les conseils de quartier? C’était dans le programme du Rassemblement populaire bien avant qu’il n’en soit membre. Et c’était décisionnel, à l’origine.

Je le sais, je m’attaque, un peu naïvement sans doute, à un gros morceau. Je cible les principales réalisations d’un homme immensément respecté par des gens que j’aime beaucoup. Mais prouvez-moi que j’ai tort.

Les idées dominantes d’une époque ne sont jamais que les idées de la classe dominante. « On tend à évacuer de l’histoire les ouvrières et les ouvriers au profit des «grands hommes» qui, nous assure-t-on, mènent l’humanité en avant » disait Howard Zinn. Il ne faut pas être dupe.

One Response to Décès de Jean-Paul L’Allier: ce qu’on ne vous dira pas sur ses grandes réalisations

  1. Pingback: Quatre bonnes raisons de ne pas renommer le parc Saint-Roch en l’honneur de Jean-Paul L’Allier | ★ infoLibertaire.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.