Droit de manifester: la ville reçoit une déclaration signée par 3890 personnes

manif2

Le droit de manifester est mis à mal à Labeaumegrad. Depuis 2012, le règlement sur « la paix et le bon ordre » met des batons dans les roues des protestataires de tout poils. La police ne se prive pas d’arrêter toutes manifestations de façon arbitraire et parfois violente.

Depuis, la Coalition sur le droit de manifester s’est mise sur pied pour contester ce règlement. Et elle remet aujourd’hui une déclaration signée par 3890 personnes et 89 organisations à la ville en ce jour du 3e anniversaire de l’adoption du règlement antimanif. On se souvient que l’adoption du règlement sur la paix et le bon ordre s’était réalisé en 2012 dans le trouble et le tumulte.

manif3

Marie-Ève Duchesne remet la déclaration signée par 3890 personnes et 89 groupes à la ville.

La Coalition dénonce des contraintes excessives et inutiles au droit de manifester transformant le droit de manifester en un privilège.

Plusieurs situations absurdes sont pointées du doigt depuis 2012. Par exemple, lors d’une séance de signature d’une pétition sur le trottoir, la police est intervenue pour disperser l’attroupement.

« Nous n’avons jamais eu à obtenir d’autorisation ou de fournir d’itinéraire pour une séance de signature de pétition » mentionne Éloïse Gaudreau du Comité de citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur.

De plus, cette approche répressive ne mène nulle part.

« 83% des constats d’infraction remis en vertu de P-6 entre 2012 et 2014 se sont soldés par des arrêts de procédure, des retraits d’accusation ou des acquittements » ajoute Sébastien Harvey de la Ligue des Droits et Libertés.

Pour plus d’informations

manifesteraquebec.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.