Enfin Agnès ! ou les incohérences d’une ministre ex-féministe

Enfin - encore - ministre !Le Carnaval aura bientôt 60 ans.

En 1975, en plein essor du mouvement féministe, le concours des duchesses du Carnaval  de Québec qui a déjà 20 ans d’existence, ‘’est dénoncé par le réalisateur Robert Favreau dans le documentaire Le Soleil a pas d’chance, puis par le collectif Les Folles Alliées, dont […} Agnès Maltais faisait partie, dans le spectacle Enfin Duchesse.’’, comme l’explique Marjorie Champagne sur son site.

La Revengeance des Duchesses, initiative féministe commencée en 2010,  en est un de réappropriation de l’image des femmes: ‘’Le féminisme a permis aux femmes de se libérer des dictats imposés par d’anciennes mentalités, et de voir éclore l’individualité de chacune, sans compromis. Cette individualité s’exprime pour nous par la créativité, et l’expressivité. C’est là que se démarque notre nouvelle proposition.’’

Pas plus tard que l’hiver dernier, alors que Marjorie Champagne allait solliciter, pour son initiative,  l’appui de la nouvelle ministre responsable de la Capitale-Nationale, gageons qu’elle a été un peu surprise de la réaction de cette dernière, qui se semblait pas du tout comprendre (ou ne pas vouloir comprendre) de quoi il était question :

«Tu ne peux pas parler des duchesses sans croire que le monde ne penseront pas au Carnaval!» réplique celle qui ne veut rien savoir d’être associée de près ou de loin aux activités de ces nouvelles dignitaires de la Ville de Québec. «Loin de moi ce calice», lance-t-elle à la blague.

«Au final, ça reste typique, même si vous êtes des filles atypiques», ajoute la politicienne, qui déplore aussi que ce soit encore majoritairement des représentantes du sexe féminin qui servent «d’objets de présentation».’’

Or, quelque mois plus tard, alors même que les vraies duchesses du carnaval sont revenues, exclusivement ‘’des représentantes du sexe féminin qui servent «d’objets de présentation»’’, tout à fait  la version années 70,  qu’elle avait dénoncée jadis, que fait donc Agnès Maltais ?

‘’Je suis là-dedans avec eux. Je trouve ça important que ça redevienne l’événement que ça a déjà été », poursuit la ministre.

[…] Les fameuses duchesses du Carnaval doivent aussi être de retour cet hiver, dans un concept qui reste à être annoncé.’’

Ce revirement d’Agnès Maltais pourrait très bien n’en être pas tout à fait  un. L’hiver dernier, le retour des Duchesses façon retro était déjà dans l’air, ça se discutait depuis quelques années, et la ministre ne pouvait pas l’ignorer.  L’appui inconditionnel de Madame Maltais à une formule ‘’plus populaire’’ d’un Carnaval qui n’a, depuis le début en 1955, été qu’une création d’un groupe de gens d’affaires soucieux de remplir la ‘’période morte’’ entre les achats des Fêtes et celle des activités pascales, devrait-il nous étonner?

Si Agnès Maltais avait vraiment voulu appuyer une formule plus ‘’populaire’’ du Carnaval, elle aurait pu appuyer Marjorie Champagne et sa Revengeance des duchesses. Le Carnaval de Québec est, depuis le début, un business tout aussi construit que le Château Frontenac, lui-même inspiré des forteresses européennes du moyen-âge; peu importe son apparence, il n’a jamais été un château, mais de tout temps un hôtel destiné à attirer les touristes. Les duchesses et le Carnaval s’inscrivent bien dans ce décor de carte postale.  Les activités ‘’populaires’’ du Carnaval, pâles copies des activités des gens du siècles précédent, ont été carrément déplacées des bas quartiers vers les zones touristiques : le Carnaval, ça devait rapporter, pas amuser et intéresser le peuple. C’était la raison d’être de sa mise sur pied. Pareil pour les duchesses, ça se doit d’être glamour. Le jury fut composé de gens d’affaires, dont une femme propriétaire d’agence de mannequinat.

Au milieu des années 90, quand ils ont abandonné les duchesses, ça devait leur sembler pas mal dépassé de faire défiler des poupées duchesses, alors que 15000 femmes pouvaient se rassembler et  manifester devant l’Assemblée nationale pour demander l’équité salariale et un salaire minimum décent;  il faut bien se rendre à l’évidence, notre siècle voit revenir en force les attaques sans nombre contre les acquis du féminisme. Partout, dans tous les domaines. Les anciennes duchesses du carnaval n’en sont qu’une confirmation. Et là-dessus aussi, Agnès Maltais baisse les bras.

Le vœu pieux d’Agnès Maltais n’y changera rien. Ce n’est pas, et ça n’a jamais été le Carnaval populaire des gens de Québec. Ce n’est qu’une vaste entreprise commerciale qui se met au goût du jour.  Et si la mode est au sexisme et aux idées éculées sur les femmes, ça ne fera certes pas reculer le Carnaval… ni la ministre.

Le pouvoir, c’est si excitant !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.