Islamophobie: les scrupules sélectifs des scribes

Toupin

Nope, pas un. Pas un seul journaliste n’a utilisé le mot juste. Marie-Chantal Toupin peut dire qu’on doit chasser tous les musulmans « hors du pays » parce qu’on se fait « envahir » et qu’on devrait même « s’armer » pour pouvoir « se défendre contre ces morons », elle ne fait qu’exprimer son opinion.

Aucun journaliste n’a osé utiliser le mot juste, le seul mot utile pour bien décrire cette haine: islamophobie. Ou racisme.

Marie-Chantal Toupin s’est exprimée ainsi sur son Facebook en décembre :

marie1

Pour le JdM, Marie-Chantal ne fait qu’exprimer son « son ras-le-bol ». Pour HollywoodPQ, elle « partage son opinion ». Pour le Monde de Star, ses propos sont « controversés » et « sont assez tranchants ».

De l’opinion, que de l’opinion sans conséquence d’une gentille fille. « C’est méchant ce que tu dis mais c’est la liberté d’expression, alors laisse-toi aller. Défoule-toi sur les Arabes. D’ailleurs, plusieurs QuébécoisEs pensent comme toi. Pas de problème. »

C’est du racisme, R-A-C-I-S-M-E. Des propos haineux sans aucune nuance: « Il faut TOUS les mettre hors du pays. » Des termes que même les groupes d’extrême-droite prennent soin de ne pas utiliser, tellement ils sont controversés.

Encore beau que des journalistes aient mis en lumière ces propos. Parce que, dans bien d’autres cas, on laisse faire. On n’a qu’à penser à Jacques Brassard, qui fustige les Arabes à qui mieux-mieux, qui exprime régulièrement des propos on-ne-peut-plus clairs et autant controversés que  Toupin sur son blogue et dans d’autres médias. Et ce, depuis plus longtemps.

Et le site Point de bascule, qui n’a qu’une seule cible: les musulmans. Son porte-parole, Marc Lebuis, est invité à s’exprimer sur toutes les tribunes médiatiques à titre d’expert! Jamais on n’oserait dire que Point de bascule est islamophobe. Non, ils font de « l’information ».

Le monde n’est pas tout noir non plus. Récemment, Sophie Durocher a dénoncé les propos de Carl Monette de RadioX, au sujet du « lave-vaisselle qui suce », comme étant « mysogines ». Et les propos du doc Mailloux sur la culture arabe « tarée » a bien été qualifiée de « raciste ». Les bons problèmes désignés par les bons mots.

Il est important d’utiliser les bons termes, car ils forment notre réalité. Et les journalistes sont en première ligne pour l’exprimer. Si ce que dit Marie-Chantal Toupin n’est qu’une opinion, c’est qu’elle est acceptable et en vaut bien une autre. Et ainsi va l’acceptation tranquille de la haine de l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.