La police dépasse les bornes

La Ligue des droits et libertés (LDL_Qc), section de Québec, le Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC-03-12) et Stop oléoduc Capitale-nationale dénoncent les restrictions abusives au droit de manifester et l’arbitraire exercé par les policiers de la Ville de Québec. Ces derniers ont interdit aux organisateurs et aux organisatrices du rassemblement pour le climat du dimanche 21 septembre d’inviter les manifestantes et les manifestants dans la rue, et ce, malgré qu’ils aient respecté la règlementation en informant le SPVQ de leur itinéraire.

(…)

Cette interdiction ne se fonde aucunement sur la législation applicable et bafoue évidemment la liberté d’expression. De fait, l’article 19.2 du règlement sur la paix et le bon ordre de la Ville de Québec n’impose pas qu’une autorisation soit délivrée par la direction du Service de police de la Ville de Québec avant la tenue d’une manifestation, mais bien que cette dernière en soit informée.

Lire la suite sur le site du REPAC.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.