Le masculinisme: contremouvement et conservatisme

melissa

Invitation à une conférence de Mélissa Blais, vendredi le 15 janvier, 19h à la Librairie St-Jean Baptiste.

Mélissa Blais est doctorante en sociologie et chargée de cours à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF) de l’UQAM. Elle a publié au Remue-ménage «J’haïs les féministes!»: Le 6 décembre 1989 et ses suites (2009) et codirigé Retour sur un attentat antiféministe (2010).

Le masculinisme véhicule l’idée que les hommes sont en crise à cause des avancées du mouvement féministe.

De plus en plus répandue au Québec, cette rhétorique de la « crise de la masculinité » est portée par des acteurs sociaux (militants, intellectuels, intervenants communautaires, etc.), qui font usage de diverses stratégies et tactiques (ex. actions directes), en vue de nuire au mouvement féministe.

S’organisant plus activement au début des années 2000, le masculinisme évolue avec d’autres formes d’antiféminisme plus traditionnelles, comme l’antiféminisme religieux et conservateur, à l’intérieur d’un contremouvement qui entretient, aujourd’hui encore, un rapport conflictuel avec le mouvement féministe.

Cet atelier sera l’occasion d’une discussion approfondie sur ce contremouvement et sa forme masculiniste. Nous traiterons plus en détail des ses actions et axes de discours (échec scolaire des garçons, violence conjugale, garde des enfants, etc.), ainsi que leurs effets sur le mouvement féministe québécois.

Contribution volontaire

Vendredi 15 janvier, 19h à la Librairie St-Jean Baptiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.