Les antiracistes marchent sur les racistes

Pendant qu’il reste encore du monde sain d’esprit capables de faire la différence entre un raciste et un antiraciste (parce que ça à l’air compliqué en sacrament de ce temps-ci), aussi bien vous dire ce qui s’est passé nous-même aujourd’hui avant que vous ne lisiez le compte-rendu bancal du Journal de Q.

Les antiracistes étaient nombreux, beaux belles et déterminé-e-s. Plus de 700 personnes de toutes origines.

200 petits blancs et petites blanches de la Meute étaient terrorisé-e-s, tapis dans un stationnement glauque et puant du Complexe G. Coincés à l’intérieur par des antifas en furie. Ils y sont restés au moins 6 heures, sans toilette et dans une chaleur suffocante parce que leur paranoïaque de cheuf pissait dans ses culottes.

Les journalistes sont entrés pour dire que ça avait pas de bon sens qu’il y ait du bon monde de même respectueux des lois pis toute qui souffrent autant à cause des extrêmes gauchistes du plateau.

Photo: Réal Michaud

Un néo nazi qui était dans la gang de la Meute s’est fait pêter le nez.

Puis, Satan en personne, Jaggi Singh, est apparu dans un pentagramme en feu. La police était tellement excitée qu’elle a sauté dessus direct. Mais ils ont été forcés de le relacher après l’avoir bien exorcisé à coups de matraque.

Enfin les moutons sont sortis de leur bunker vers 18h et ont tenu à bien revendiquer la liberté d’expression dans une manifestation complètement silencieuse.

Les gros niqueurs-niqueuses sympathisant-e-s de la Meute croient la ville de Québec toute acquise aux racistes et à la CAQ. Surprise! Il y a des antiracistes ici aussi, et ils sont plus nombreux que les racistes. Et ils peuvent leur pêter le nez.

Bref, la Meute, donne la patte et cou-couche panier.

La contre-manif vs la manif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.