L’islamophobie est utile

Je n’en veux à personne de vouloir plus d’amour. Mais j’aimerais qu’on cesse d’être naïf: On ne vaincra pas le racisme avec ça, comme font les Calinours.

Avant-hier avait lieu un grand show en faveur de l’unité intitulé Ensemble. Célébrant le métissage, c’est-à-dire le mélange des cultures, le spectacle mettait de l’avant des valeurs de respect et d’amour de ce qui nous est étranger. C’était une réponse au tragique attentat de la mosquée de Sainte-Foy.

À cette occasion, la comédienne Anne-Marie Olivier a lancé la « Déclaration de Québec » donc voici un extrait:

Il nous faut répondre à la haine par l’ouverture à l’autre. Répondre à la folie par la bienveillance. Répondre à l’aveuglement par la solidarité, par l’éducation. Répondre au racisme par l’inclusion. Répondre à la barbarie par la beauté. Répondre à la mort par l’amour.

C’est aussi mon souhait le plus cher. Mais.

Nous sommes en ce moment, depuis septembre 2001 et même avant, dans une sorte d’énorme tempête de haine. Depuis l’attentat et l’élection de Trump, la tension a encore monté d’un cran. Une vague de puissante colère brune, encore plus énorme que toutes les autres vagues que nous croyions pourtant insurmontables, nous enveloppe pour nous asphyxier.

Il y a tant de haine que nous avons l’air de pauvres cons avec nos petites mains pour contenir le tsunami.

J’aime mes camarades. J’aime celles et ceux qui luttent, comme dans un combat désespéré, contre la haine.

Je pense aux camarades du Festival contre le racisme. À Flavia Nascimiento, qui vient de se faire dire de « rentrer chez elle » en pleine rue. À Webster. À Maria Mazza. À la résistance radiophonique de CKIA. J’en oublie excusez-moi.

Vous êtes beaux et braves. Mais pas invincibles.

Dire qu’on peut le vaincre par l’amour laisse entendre que le racisme n’est qu’une erreur. Qu’il s’agit d’une manifestation d’ignorance ou de stupidité. Qu’on peut donc le corriger facilement par des connaissances approfondies sur le moyen-orient ou par des calins gratuits.

Sauf que le monde donne plein d’occasion d’être en colère pour de bonnes raisons: pauvreté sociale, misère économique bref job de cul, mal payé, précarité, indigence, chomage, perte du sentiment de communauté, manque de soins de santé etc. Mettez-en.

Ce sont des problèmes systémiques, qui viennent inclus avec le système économique dans lequel on  vit.

La solution: le racisme

Dans une telle situation, le racisme arrive comme du pain béni pour ceux contre qui notre colère devrait logiquement se retourner: l’élite parasitaire, les banquiers, les gens d’affaires et les politiciens qui, main dans la main, nous accaparent ce qui nous revient.

Quand je dis racisme vous pouvez mettre l’islamophobie et l’antisémitisme la dedans. La conséquence est la même.

Le racisme agit comme un écran de fumée. La classe populaire se divise et s’entre-déchire. Elle mine la solidarité de classe.

Le racisme n’est pas un accident. C’est un leurre. Une protection pour l’élite qui en est consciente ou pas.

Pour vaincre le racisme, il faut mettre de la lumière au bout du tunnel. Un bon emploi. De bons parents. Des services sociaux, école et santé, de qualité. Voilà une bonne façon de lutter contre le racisme. Une meilleure façon que les calins gratuits.

4 Responses to L’islamophobie est utile

  1. Avatar Victor Danneyrolles

    Je partage votre point de vue, le racisme doit être considéré comme un problème sociologique et non psychologique (ex. un « manque d’amour »).
    Un article en liens avec le sujet dans le monde dilpomatique de mars 2017; http://www.monde-diplomatique.fr/2017/03/BELKAID/57273

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.