Sauvons la liberté d’expression des trolls!

Mes ami-e-s l’heure est grave. Une grande tendance opposée à la liberté d’expression souffle sur le monde libre.

L’empereur Régis Labeaume fustige les trolls. Quebecor pense à fermer la section commentaire de ses quotidiens. Et comble de tout, Google songe à développer des robots pour bloquer les trolls.

En vérité je vous le dit, nous traversons une période de censure digne de l’Allemagne hitlérienne et de l’Union soviétique réunie.

Pourtant je constate un essoufflement des troupes. Les bataillons des zélottes ardents de la liberté d’expression sont clairsemés lorsqu’il est temps de défendre les trolls. Dans ce grand débat de société, crucial pour la survie de  l’humanité, Baillargeon et Chomsky restent coi.

Pensez-y, des tyrans veulent empêcher ces commentaires:

Merci aux commentaires du Journal de Montréal.

Je suis certain que Voltaire lui-même n’aurait pas hésité à se faire empaler sur une hallebarde barbelée pour le droit sacré des trolls de faire ces commentaires.

Parlant de Voltaire, quoi de meilleur argument qu’une citation d’un type mort depuis 240 ans, citation qu’il n’a jamais prononcée par ailleurs. Je la reproduis ici parce que c’est la coutume lorsqu’on écrit un texte sur la liberté d’expression:

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire »

Et toc!

C’est ce type la

La liberté d’expression libérale

Les partisans comme moi de la liberté d’expression absolue, dite libérale, affirmons avec force que tout commentaire est égal à un autre.

« nul ne peut être empêché d’exprimer une idée, une opinion ou subir de conséquences négatives pour l’avoir exprimée », dit Normand Baillargeon.

Et son ami Noam Chomsky d’ajouter

«Si vous n’êtes pas en faveur de la liberté d’expression pour les idées que vous détestez, vous n’êtes pas en faveur de la liberté d’expression du tout.»

Je dis bravo. En effet, pour respecter le principe d’égalité, toutes les prises de parole sont égales. Un commentaire du Journal de Montréal a la même valeur que la déclaration universelle des droits de l’homme. Une opinion en vaut bien une autre.

D’ailleurs on doit saluer le camarade Baillargeon qui est cohérent avec son idée, ardamment défendue, de liberté d’expression libérale dans les universités.

Ainsi, lorsqu’un policitien notoirement corrompu, Jean Charest, vient faire une conférence sur la bonne gouvernance des institutions publiques, Baillargeon a brandi ses petits poings serrés contre les méchants protestataires qui sont allés lui faire fermer la yeule. Alors même que Charest n’apportait rien de nouveau puisque ses idées sont déjà très largement connues et qu’il a été PM pendant 9 ans. Quel courage, quelle lucidité, bravo Norm’!

Normand Baillargeon affirme qu’on doit tolérer toutes les opinions, surtout celles envers lesquelles on est pas d’accord. Que la seule limite, c’est ce qu’il y a déjà dans la loi.

Cette loi qui a par exemple protégé le droit du néo-nazi Ernst Zündel de distribuer un dépliant niant l’existence de l’holocauste. La cour suprême avait tranché:

«Ceux qui publient délibérément des faussetés ne peuvent pas être empêchés, pour cette seule raison, de se prévaloir des garanties constitutionnelles relatives à la liberté de parole»

Aussi, les articles du code criminel sur la propagande haineuse, adopté en 1970, n’ont été utilisés qu’une seule fois.

Le droit de répandre la haine, de terroriser les familles, est heureusement protégé par nos tribunaux. La liberté est sauve, hourrah!

D’ailleurs avec tous ces groupes faisant de la propagande haineuse qui se répandent comme une trainée de poudre, on se demande vraiment à quoi servent tous ces articles de loi inutiles.

Et pour ce qui est des 3 féministes (Judith Lussier, Geneviève Pettersen et Marilyse Hamelin) qui ont cessé d’écrire des articles suite à l’intimidation subie par des trolls, j’aimerais dire à ces femmes que si elles ne sont pas assez endurantes pour sentir la chaleur du soleil de la liberté d’expression, celle de la cuisinière leur paraitra sans doute plus agréable.

Le danger qui nous guette

Si ce vent répressif vient à bout des trolls, on pourrait craindre que cette digue brisée ne soulève les passions au point de poursuivre plus loin la terreur jacobine liberticide.

Alors qu’on aurait victorieusement aboli la liberté d’expression de membres non-influents de notre communauté, les trolls, on pourrait ensuite s’attaquer à des membres influents. Les gros niqueurs et commentateurs politiques par exemple.

Imaginez la catastrophe. Richard Martineau devrait modérer son harcèlement des musulmans. Michel Hébert devrait slaquer la poulie des féministes. Et Éric Duhaime pourrait admettre que les pauvres sont aussi des humains. Vraiment, ce serait terrible.

Surtout que des millions de personnes sont mortes pour la liberté d’expression. Les centaines de braves canadiens fauchés par la gueuse lors du débarquement de Normandie comme les koulaks russes disparus dans l’archipel du goulag. Tous morts pour que les trolls puissent libérer pacifiquement leur haine aujourd’hui.

J’appelle tous les partisans de la liberté d’expression, la Meute comme Normand Baillargeon, à la formation d’une grande union sacrée pour conserver la liberté d’expression. Comme Noam Chomsky et Ezra Levant l’ont déjà fait pour s’opposer à l’article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne.

Priver un seul individu, aussi privilégié et dominateur soit-il, de son droit sacré de répandre la haine est une atteinte que dis-je un attentat terroriste contre la valeur la plus élevée que la civilisation occidentale n’a jamais inventée, la LIBERTÉ D’ESSPRESSION.

Et les minorités discriminées pourront conserver ce droit que nul ne leur conteste: le droit de garder le silence.

3 Responses to Sauvons la liberté d’expression des trolls!

  1. « Et comble de tout, Google songe à développer des robots pour bloquer les trolls. »

    Si c’est aussi efficace que leurs robots détecteurs de spams dans les commentaires des vidéos sur Youtube… Faites une recherche sur le « ghost banning », problème auquel je fais face depuis plusieurs mois. Je suis officiellement considéré un spammeur par Google alors que je n’interviens que très sporadiquement dans les commentaires de vidéos généralement liées à tous ce qui touche à des activités en plein air (flore, faune, vie et survie en forêt, etc.). Je me demandais pourquoi je ne recevais jamais de réponse à mes commentaires jusqu’à ce qu’une connaissance me dise qu’elle ne voyait pas mes commentaires dans ses vidéos.

    C’est comme ça que j’ai appris que j’étais considéré un spammeur par Google et ce qu’était le « ghost banning », c’est à dire que Google vous bannit, mais vous donne l’impression vos commentaires sont publiés alors que vous êtes le seul à les voir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.