Transport : qui subventionne qui ?

(RTCGratuit) Un des arguments courant contre la gratuité du transport en commun c’est qu’il est injuste de refiler la facture aux automobilistes qui, eux, ne sont pas subventionnés. En faisant abstraction de tous les arguments écologistes que l’on pourrait trouver pour réfuter cette affirmation, il reste qu’elle est… fausse.

Selon une étude récente du FMI, l’essence est en effet généreusement subventionnée au Canada. Tout le monde, y compris ceux et celles qui n’ont pas de voiture, paie pour maintenir des prix à la pompe artificiellement bas. Voici une contribution de Derek Wong, de carbon49.com, traduite pour #RTCGratuit

Le vrai prix que nous payons pour les combustibles fossiles

Par Derek Wong (4 Avril, 2013)

Saviez-vous que notre gouvernement dépense de l’argent pour subventionner les combustibles fossiles et maintenir les prix artificiellement bas ? Une nouvelle étude du Fonds monétaire international révèle le montant de ces subventions et demande instamment à nos gouvernements de mettre fin à ces pratiques de distorsion du marché. J’ai fait le calcul pour connaître le prix réel que nous payons pour les combustibles fossiles et les résultats sont étonnants.

La publication de l’étude par le Fonds monétaire international (FMI ) fut largement couverte par les médias traditionnels à travers le monde, dans le New York Times, le Washington Post, le Financial Times, et dans une très bonne analyse du Wall Street Journal. Mais les médias canadiens n’y ont étrangement presque pas fait allusion.

J’ai regardé les données du rapport complet, en me concentrant sur la partie canadienne. J’ai pu faire quelques calculs supplémentaires grâce à des données supplémentaires qui m’ont été fournies par le bureau du FMI à Washington. Les subventions à l’énergie sont plus élevées que ce à quoi je m’attendais. En fait, beaucoup plus élevées.

Ce que le grand public ignore le plus souvent, c’est que le prix que nous payons pour l’énergie est subventionné. Lorsque nous payons 50 $ à la pompe à essence, l’essence que nous avons vaut plus que 50 $ en réalité. Quand nous payons 100 $ pour notre facture d’électricité, l’énergie que nous utilisons a en fait une valeur de plus de 100 $. Pourquoi? Parce que le gouvernement subventionne l’énergie que nous utilisons. Il fait cela depuis des années. Mais la plupart des gens n’en sont pas conscients. Les prix de l’énergie que nous, les consommateurs, nous voyons sont au dessous des taux du marché.

Vous pourriez vous dire : n’est-ce pas formidable? Le gouvernement paie pour une partie de mon essence ! Revenons en arrière un instant : où le gouvernement prend-t-il l’argent pour subventionner votre essence ? Dans les recettes de l’État. D’où proviennent les recettes de l’État ? Des impôts, en majeure partie. Les recettes du gouvernement fédéral du Canada proviennent à 80 % de deux sources : l’impôt sur le revenu et les taxes à la consommation, selon Statistique Canada.

Qui paie au gouvernement ces impôts et taxes à la consommation ? Ce sont les contribuables. Vous saisissez ? C’est vous. L’essence que vous obtenez à la pompe est payée en partie par vous à la station-service. L’autre partie du coût est également payée par vous, mais indirectement, par le biais des prélèvements à la source sur votre salaire et par la TPS que vous payez lorsque vous allez magasinez.

Et c’est ce que je me suis toujours demandé : quel est le prix réel de l’énergie que nous utilisons ? Les subventions à l’énergie sont-elles grandes ou petites ? Quel est le plein prix de l’énergie comparé au «prix de détail» ? C’est un calcul très complexe, car plusieurs niveaux de joueurs fédéraux, provinciaux et commerciaux sont en cause. Mais grâce aux économistes du Fonds monétaire international, qui ont fait une étude approfondie sur ce sujet, nous avons maintenant de bonnes données.

D’après l’étude du FMI et les données complémentaires qu’ils m’ont fournies, le Canada a dépensé 26 milliards de dollars en subventions à l’énergie en 2011. Les revenus du gouvernement canadien étaient de $ 665 000 000 000 cette année-là. En d’autres termes, 4 % des recettes de l’État ont été consacrées à des subventions à l’énergie. (Notez que le calcul du FMI utilise le dollar américain, mais le dollar canadien était à parité virtuelle avec le dollar américain au cours de l’année 2011, avec $ 1 USD égale $ 0,989 CAD).

Mettons ces chiffres en contexte. Quel est le montant de subventions à l’énergie par personne ? Selon Statistique Canada, la population canadienne était de 33.476.688 en 2011. Cela correspond à un énorme 787 $ de subventions à l’énergie par personne, par année. Il s’agit d’un montant beaucoup plus élevé que ce à quoi je m’attendais. En moyenne, chaque Canadien a payé 787 $ pour l’énergie en 2011, principalement via l’impôt sur le revenu et la TPS, un montant probablement similaire d’année en année. Rappelez-vous que c’est en plus des paiements que nous faisons à la pompe à essence et à travers nos factures d’électricité. Pour une famille de quatre personnes, cela équivaut à plus de trois mille dollars par an en dépenses invisibles pour l’énergie.

En gardant cela à l’esprit, les combustibles fossiles sont-ils vraiment bien moins cher que les énergies renouvelables ? Le FMI cite de nombreux inconvénients à mettre autant d’argent public en subventions pour maintenir des prix – au moins le prix de détail– artificiellement bas, le moindre n’étant pas de donner la fausse impression au grand public que les combustibles fossiles sont beaucoup moins cher que les énergies renouvelables.

Les subventions faussent l’allocation des ressources en encourageant une consommation excessive d’énergie, en promouvant artificiellement les industries à forte capitalisation, en réduisant les incitatifs à investir dans les énergies renouvelables, et l’épuisement accéléré des ressources naturelles.

Selon le premier Directeur général adjoint du FMI, David Lipton, la suppression de ces subventions dans le monde entier pourrait conduire à une baisse de 13%  des émissions de CO2, et générer des retombées positives en réduisant la demande énergétique mondiale. Cela renforcerait également les incitatifs à la recherche et au développement de l’économie d’énergie et des technologies alternatives.

C’est la raison pour laquelle le FMI exhorte les gouvernements du monde entier à réformer les subventions pour les produits du charbon à l’essence, faisant valoir que cela pourrait se traduire par des gains importants autant en termes de croissance économique que d’environnement.

Alors, la prochaine fois que vous entendrez des gens dire qu’ils préfèrent les combustibles fossiles aux énergies renouvelables parce qu’ils sont moins chers, dites-leur qu’ils ont payé $ 787 par an en plus de leurs factures pour les combustibles fossiles sans le savoir.

Un merci spécial au Fonds monétaire international pour m’avoir fourni les données supplémentaires pour mes calculs.

____

Texte original traduit par Phébus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.